L’Islam, Religion de la Paix (09 Conclusion)

Publié dans Musulman = Terroriste

Au nom d’Allah, l’Infiniment Miséricordieux, le Très-Miséricordieux

 

À la fin de cet opuscule qui évoque de manière succincte la position de l’islam sur l’usage de la terreur, je reconnais n’avoir pas traité ce sujet comme il se devait, car il s’agit d’une question délicate. Néanmoins, j’ai mentionné les principaux points concernant la position de l’islam face à ses adversaires, ainsi que les relations réciproques qu’il entretient avec les non-musulmans et qui se placent toujours dans le cadre de l’intérêt général. Parmi les anses les plus solides de la foi musulmane, il y a le fait d’aimer pour Allah, et de haïr pour Lui, sans y introduire un intérêt particulier, un penchant ou une passion quelconque. Ainsi, lorsque l’on déteste une personne, ce n’est pas elle-même, en tant qu’individu, que l’on déteste, mais plutôt sa négligence dans l’exécution des commandements d’Allah, ou encore le fait qu’elle s’avise de violer les interdictions d’Allah. Allah dit : « Accepte ce qu’on t'offre de raisonnable, commande ce qui est convenable, et éloigne-toi des ignorants » [116].

Quelle belle religion que l’islam ! Grâce à ses enseignements célestes, elle invite les hommes à ne plus adorer les adorateurs mais à adorer le Seigneur des adorateurs. C’est une religion qui sort les hommes des ténèbres de la mécréance et du polythéisme pour les mener vers la lumière de la soumission. Allah dit : « Allah est le défenseur de ceux qui ont la foi : Il les fait sortir des ténèbres à la lumière. Quant à ceux qui ne croient pas, ils ont pour défenseurs les Thâghût (les fausses divinités), qui les font sortir de la lumière aux ténèbres. Voilà qui sont les gens du Feu, ils y demeureront éternellement » [117].

L’islam cultive chez ses adeptes la notion de la bienfaisance envers tous, ce qui instaure dans la société (musulmane) un équilibre social. Il instille également en eux l’amour du bien, ce qui préserve la dignité et protège les droits de chacun. Il encourage l'amour, la tolérance et le pardon, et fait ainsi régner chez eux la concorde, l’amour et l’affection. Il promeut le respect des interdictions d’Allah, ce qui garantit la sécurité dans la société, ainsi chaque individu y est rassuré, aussi bien pour sa personne que pour sa dignité et ses biens. L’islam incite également ses adeptes à développer l’amour du prochain, et le mépris de l’individualisme, ce qui favorise la solidarité entre les membres de la société : les grands sont enclins à éprouver de la pitié pour les petits, et les petits à avoir du respect pour les grands. Cette solidarité amène les riches à tendre leurs mains aux indigents, aux nécessiteux et aux pauvres, pour qu’enfin règne dans la société la cohérence qu’a évoquée le messager d’Allah (pbsl) lorsqu’il a dit : « Les croyants dans leur affection et leur compassion réciproques sont semblables à un corps qui, lorsque l'un de ses membres souffre, voit tout le reste de ses membres partager à l’envi la fièvre et l’insomnie du membre souffrant » [118].

J’espère que cet opuscule sera un repère pour ceux-là qui sont à la recherche de la vérité et cherchent à accéder au Paradis et à son bonheur éternel, ceux qui sont soucieux de se délivrer du châtiment éternel dans l’Enfer. Il s’agit là d’une question très importante, car nous tous nous savons que l’issue fatale dans ce bas monde, c’est la mort. Si les choses s’arrêtaient là, le problème pourrait être tenu pour négligeable, mais il y a ce qui vient après. Nous, en tant que musulmans, nous croyons en la résurrection après la mort, nous croyons à la rétribution et au jugement dernier, et nous croyons à une vie éternelle soit au Paradis, soit en Enfer. Nous croyons que quiconque embrasse l’islam et fait le bien sera récompensé lorsqu’il aura accédé au Paradis par la grâce d’Allah ; et que quiconque commet un péché, s'il s'agit d’un péché lié à la transgression des droits des humains, sera puni pour cela, mais si son péché concerne les droits divins, il dépendra de la volonté d’Allah. S’Il veut, Il le châtiera pour cela, et s’Il veut, Il l’épargnera par Sa miséricorde. Quant à celui qui tourne son dos à l’islam et meurt dans la mécréance et dans le polythéisme, nous croyons fermement qu’il demeurera éternellement en Enfer. C’est pourquoi tout homme doué de raison doit choisir pour lui-même la bonne voie, et chercher la vraie religion, celle qui conduit son adepte à la réussite, à l’accès au Paradis et à une vie éternelle dans le bonheur.

Que la prière d’Allah et la paix soient sur celui qui a été envoyé comme miséricorde pour l’humanité tout entière, notre messager et notre prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons, et tous ceux qui auront suivi son chemin jusqu'au Jour du Jugement dernier.

 

L’Islam, Religion de la Paix d'Al-Sheha

Traduit de l’arabe par Fonka Mama A.
Revu par Njikum Yahya - Editions Assia

 


 

[116] - Al-A‘râf : 199.
[117] - Al Baqarah : 257.
[118] - Rapporté par Al-Bukhârî.

Témoignages de convertis à l'Islam