Il s'est converti, mais a encore des dettes envers certaines personnes…

Publié dans Questions/réponses aux convertis

Si un non-musulman se convertit à l’Islam et revient repentant à Allah, mais a sur la conscience des dettes qu’il doit à certaines personnes, est-ce que l’Islam efface ce genre d’injustice, et lui épargne ainsi de rembourser ces gens, ou est-il toujours obligé de les rembourser ?

Les droits des hommes ne s’annulent que s’ils pardonnent et y renoncent. Mais s'ils n'y renoncent pas, alors ces droits ne cessent d’être dus, même s’il se convertit et se repent auprès d’Allah, car ce genre de chose ne s’annule pas par le repentir. Ce qui est annulé, ce sont les droits d’Allah qu’il délaissait avant qu'il ne se repentît (NDC : c'est-à-dire lorsqu'il n'était pas musulman, et ceci, par la désobéissance à Ses commandements.). En effet, le repentir (NDC : le repentir des péchés, qui a lieu lors de la conversion à l'Islam.) efface tout ce qui lui est antérieur. Allah a dit : « Dis à ceux qui ne croient pas que, s'ils cessent, on leur pardonnera ce qui s'est passé. » (Sourate Le butin (Al-anfal), v.38.)

Saleh Al-Fawzân
Al-muntaqâ min fatâwâ al-Fawzân, t.1, p.434

Témoignages de convertis à l'Islam