Il s'est converti, mais a encore des dettes envers certaines personnes…

Si un non-musulman se convertit à l’Islam et revient repentant à Allah, mais a sur la conscience des dettes qu’il doit à certaines personnes, est-ce que l’Islam efface ce genre d’injustice, et lui épargne ainsi de rembourser ces gens, ou est-il toujours obligé de les rembourser ?

Les droits des hommes ne s’annulent que s’ils pardonnent et y renoncent. Mais s'ils n'y renoncent pas, alors ces droits ne cessent d’être dus, même s’il se convertit et se repent auprès d’Allah, car ce genre de chose ne s’annule pas par le repentir. Ce qui est annulé, ce sont les droits d’Allah qu’il délaissait avant qu'il ne se repentît (NDC : c'est-à-dire lorsqu'il n'était pas musulman, et ceci, par la désobéissance à Ses commandements.). En effet, le repentir (NDC : le repentir des péchés, qui a lieu lors de la conversion à l'Islam.) efface tout ce qui lui est antérieur. Allah a dit : « Dis à ceux qui ne croient pas que, s'ils cessent, on leur pardonnera ce qui s'est passé. » (Sourate Le butin (Al-anfal), v.38.)

Saleh Al-Fawzân
Al-muntaqâ min fatâwâ al-Fawzân, t.1, p.434

Elle veut se convertir à l'Islam. Ses deux enfants doivent-ils aussi prononcer la profession de foi ?

Je suis en train d'abandonner le christianisme en faveur de l'Islam. Mère d'un fils de 14 ans et une fille de 11 ans, je suis veuve depuis 9 ans. Je sais que je dois prononcer les deux professions de foi. Mes enfants doivent ils en faire de même ?

Louanges à Allah. La prononciation des deux attestations est une condition pour embrasser l'Islam. Celui qui est né de deux parents musulmans n'est pas tenu de les prononcer puisqu'il est jugé musulman, à moins qu'il ne viole (l'Islam). Quant à celui qui est né de parents non musulmans, il doit prononcer les deux attestations comme  ses père et mère.

Cheikh Abdoul Karim al-Khoudayr

Doit-on exiger du nouveau converti qu'il applique [immédiatement] les différentes obligations ?

Un musulman récemment converti est-il astreint aux mêmes obligations et devoirs que ses coreligionnaires durant la période séparant sa conversion de la manifestation en public de son islam ?

Si un individu entre dans l’Islam, il lui incombe d’apprendre ce qui a été légiféré le concernant, par étapes successives et selon ses capacités, et d’agir en fonction de cela à partir de la date où il a approuvé l’Islam.

Le Comité Permanent pour la Fatwa. 
Fatâwâ al-lajna ad-dâ’ima, t.3, p.279.

Témoignages de convertis à l'Islam